Porter plainte :

un geste constructif pour mettre
en lumière une situation problématique

Back

Le droit de participer aux décisions

Marie souffre d’un déficit cognitif (trouble de mémoire) et physique (chutes). Elle est hospitalisée depuis quelques semaines à l’hôpital. Sa fille craint qu’elle ne soit plus en mesure de retourner chez elle seule, sans surveillance.

Résumé de la situation

Après avoir discuté avec le médecin traitant, Marie et sa fille rencontrent une intervenante sociale afin de déterminer l’hébergement qui correspondrait le mieux aux besoins de Marie. Après l’évaluation gériatrique, l’intervenante propose que Marie soit transférée dans une ressource intermédiaire transitoire jusqu’à il y ait une chambre de disponible à la résidence souhaitée. Considérant la vulnérabilité de Marie, sa fille refuse et demande d’héberger elle-même sa mère en attendant.

Analyse

Le contexte ne permet pas à Marie d’attendre un hébergement à partir de l’hôpital. C’est la raison pour laquelle l’intervenante a proposé un hébergement transitoire. Cela dit, comme Marie souhaite elle aussi aller chez sa fille, l’intervenante travaille à mettre en place les dispositions nécessaires pour favoriser la prise en charge à domicile et s’assurer que Marie ait accès à des soins et services adéquats pendant son hébergement chez sa fille.

Résultat

Même si une admission transitoire dans une ressource intermédiaire était proposée, Marie a été hébergée chez sa fille jusqu’à son entrée à la résidence demandée. Mère et fille ont contribué aux prises de décisions qui ont eu un impact direct sur les soins et services reçus.

Le droit de participer aux décisions, c'est quoi?

Le droit de participer aux décisions touche tous les aspects des services que vous recevez, de la naissance au décès, du simple rendez-vous de routine aux soins quotidiens donnés en hébergement.

Ce droit marque l’intention de la Loi de personnaliser les services offerts selon vos besoins, vos valeurs et vos choix.

Dans votre parcours de soins, vous devez être sollicité pour participer aux décisions qui vous concernent et à la mise en place de votre plan d’intervention de soins ou de services. Vous devez avoir la chance et vous sentir à l’aise de donner votre opinion sur les services que l’on vous propose et ceux que vous recevez. Ces discussions doivent également vous permettre de vous exprimer sur vos attentes en lien avec les traitements et services donnés.

useful links

Prévention suicide:

Ligne d’intervention auprès des personnes suicidaires ou de leurs proches.

SOS Violence conjugale: 1 800 363-9010

Service d’accueil, d’évaluation, d’information, de sensibilisation, de soutien et de référence aux victimes de violence conjugale et leurs proches.

Commission d’accès à l’information du Québec : 1 888 528-7741

Les demandes d’accès au dossier médical ne font pas partie du mandat du CAAP – Laval.

Commission des droits de la personne: 1 800 361-6477

Si vous êtes victime d’exploitation ou si vous croyez qu’un proche en subit.

Le Barreau du Québec

Ligne agression sexuelle: 1 888 933-9007

Ligne d’écoute, d’information et de référence destinée aux victimes d’agression sexuelle et leurs proches.

DIRA Laval: 450 681-8813

Service d’accueil et d’accompagnement pour les personnes de 50 ans et plus victimes d’abus, de violence ou de négligence.

Ligne Aide Abus Aînés: 1 888 489-2287

Ligne d’aide destinée aux aînés qui subissent des abus ou à leurs proches.

Ministère de la Justice

Éducaloi