Porter plainte :

un geste constructif pour mettre
en lumière une situation problématique

Back

Histoire de cas – L’attente

Chloé, suivant les conseils de son médecin, accepte de subir une chirurgie au genou. On informe Chloé que la liste d’attente est longue, soit environ 18 mois. Entre temps, Chloé doit passer certaines évaluations qui lui permettront d’obtenir sa chirurgie à l’hôpital le plus près de chez elle. Elle accepte ce délai et commence les démarches.

Bien sa chirurgie ne soit pas reconnue comme un service prioritaire, Chloé vit avec des désagréments en attendant son opération et elle a hâte de pouvoir passer à autre chose. Or, après 15 mois d’attente, on informe Chloé que le spécialiste qui offrait le service à l’hôpital de sa région démissionne.

En attendant de lui trouver un remplaçant, on transfère le dossier de Chloé dans la région administrative voisine. Chloé comprend que son dossier soit transféré et ne s’y oppose pas. Ce qu’elle ne comprend pas, c’est qu’en acceptant le transfert, son dossier est remis en bas de la liste, plutôt que d’y être inséré en respectant la date de sa demande.

 

Concrètement, cela signifie qu’elle doit recommencer son attente de 18 mois du début, sans tenir compte des 15 derniers mois. Elle qui attend depuis l’automne 2019 verra ainsi des personnes inscrites en 2021 se faire opérer avant elle, ce qui la fâche énormément.

Chloé se sent flouée par le système et elle se demande si une plainte est justifiée dans son cas...

Chloé appelle au CAAP – Laval pour plus d’informations

Notre conseillère écoute la situation de Chloé et comprend pourquoi celle-ci désire se plaindre. En effet, le cas de Chloé soulève des questions. Afin de prévenir que cette situation se reproduise la plainte de Chloé prend tout son sens.

Dans son cas, le temps d’attente constitue un objet de plainte raisonnable.

useful links

Prévention suicide:

Ligne d’intervention auprès des personnes suicidaires ou de leurs proches.

SOS Violence conjugale: 1 800 363-9010

Service d’accueil, d’évaluation, d’information, de sensibilisation, de soutien et de référence aux victimes de violence conjugale et leurs proches.

Commission d’accès à l’information du Québec : 1 888 528-7741

Les demandes d’accès au dossier médical ne font pas partie du mandat du CAAP – Laval.

Commission des droits de la personne: 1 800 361-6477

Si vous êtes victime d’exploitation ou si vous croyez qu’un proche en subit.

Le Barreau du Québec

Ligne agression sexuelle: 1 888 933-9007

Ligne d’écoute, d’information et de référence destinée aux victimes d’agression sexuelle et leurs proches.

DIRA Laval: 450 681-8813

Service d’accueil et d’accompagnement pour les personnes de 50 ans et plus victimes d’abus, de violence ou de négligence.

Ligne Aide Abus Aînés: 1 888 489-2287

Ligne d’aide destinée aux aînés qui subissent des abus ou à leurs proches.

Ministère de la Justice

Éducaloi