Porter plainte :

un geste constructif pour mettre
en lumière une situation problématique

Back

Histoire de cas – Abus

Corine accueille chez elles ses deux neveux, Sébastien et Nicolas, pour éviter que ceux-ci soient placés en famille d’accueil. Cette démarche est faite avec l’accord du DPJ. Corine a déjà deux enfants.

Sébastien et Nicolas arrivent avec chez elle avec trois fois rien. Ainsi, Corine doit les équiper en termes de vêtements et de souliers adaptés à la saison actuelle et leur acheter plusieurs items essentiels afin d’assurer leur bien-être.

 

Les semaines passent et les enfants vont de mieux en mieux et s’adaptent bien à la vie chez leur tante. Corine décide de faire les démarches pour devenir officiellement famille d’accueil. L’accréditation officielle lui permettrait de recevoir une compensation financière plus importante que ce qu’elle reçoit à l’heure actuelle pour prendre soin de ses neveux. L’intervenant au dossier lui assure que cette démarche est possible et qu’il y aura compensation rétroactive pour les montants dépensés par Corine.

Toutefois, Corine se rend rapidement compte que les délais administratifs sont très longs et qu’elle doit attendre environ 6 à 9 mois avant le remboursement. Elle commence à être très stressée par rapport au budget – avec quatre enfants à charge, les coûts montent très vite.

L’intervenant met de la pression sur Corine pour que celle-ci s’endette. Il dit qu’il ne peut rien faire de plus et que si elle ne continue pas à avancer l’argent au DPJ, ce sont ses neveux qui souffriront. Alors qu’elle s’ouvrait à lui sur ses difficultés financières réelles, l’intervenant la culpabilise. Il va jusqu’à lui dire que si elle ne trouve pas une solution en attendant les délais bureaucratiques du DPJ, ses neveux seront assurément séparés, alors qu’ils commençaient à aller mieux.

Poussée à bout, Corine décide d’appeler au CAAP – Laval. Elle aimerait comprend si la situation actuelle est normale, ou s’il s’agit d’un comportement abusif – à la fois du système qui abandonne sa famille à ses difficultés financières et de l’intervenant qui lui met de la pression et la culpabilise. Une conseillère explique que ce genre de situation est un objet de plainte recevable et que Corine peut porter plainte.

 

useful links

Prévention suicide:

Ligne d’intervention auprès des personnes suicidaires ou de leurs proches.

SOS Violence conjugale: 1 800 363-9010

Service d’accueil, d’évaluation, d’information, de sensibilisation, de soutien et de référence aux victimes de violence conjugale et leurs proches.

Commission d’accès à l’information du Québec : 1 888 528-7741

Les demandes d’accès au dossier médical ne font pas partie du mandat du CAAP – Laval.

Commission des droits de la personne: 1 800 361-6477

Si vous êtes victime d’exploitation ou si vous croyez qu’un proche en subit.

Le Barreau du Québec

Ligne agression sexuelle: 1 888 933-9007

Ligne d’écoute, d’information et de référence destinée aux victimes d’agression sexuelle et leurs proches.

DIRA Laval: 450 681-8813

Service d’accueil et d’accompagnement pour les personnes de 50 ans et plus victimes d’abus, de violence ou de négligence.

Ligne Aide Abus Aînés: 1 888 489-2287

Ligne d’aide destinée aux aînés qui subissent des abus ou à leurs proches.

Ministère de la Justice

Éducaloi